Visite de M. Mariani, du 7 au 9 mars 2011

Visite du Secrétaire d’Etat auprès de la Ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, chargé des Transports , M. Thierry Mariani


Le Secrétaire d’Etat auprès de la Ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, chargé des Transports , M. Thierry Mariani, effectue une visite de trois jours en Inde du 7 au 9 mars 2011.
L’objet de sa visite est de travailler au renforcement du partenariat bilatéral entre l’Inde et la France dans le domaine du transport.

A cette occasion, le Ministère de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement (MEDDTL) organise un séminaire intitulé “The French PPP Approach in Public Infrastructure”. Ce séminaire a pour objectif la promotion, auprès des décideurs indiens, de l’expertise française en matière de financement et de gestion d’infrastructures publiques . Ce séminaire a été conjointement inauguré le 7 mars par M. Mariani et M. Kamal Nath, Ministre indien du Développement Urbain.

Lors de son séjour à New Delhi, M. Thierry Mariani a également rencontré M. C.P. Joshi, Ministre indien des Transports Routiers et des Autoroutes et M. Vayalar Ravi, Ministre indien de l’Aviation Civile.


France, Inde : un partenariat stratégique au service d’une amitié durable,
publié dans The Tribune, le 7 Mars 2011

Une fidèle et solide relation d’amitié unit nos deux pays. Ce lien précieux que nous devons entretenir avec force est fondé sur une communauté de valeurs reposant sur un attachement partagé par nos deux Etats à la démocratie, au multilatéralisme, au dialogue entre les civilisations qui requiert une politique d’échanges culturels soutenue.

La richesse de ce partenariat à multiples facettes s’illustre notamment dans le secteur du développement durable et des transports.

En cette année 2011 les efforts conjoints de nos deux Etats pour faire du G20 un instrument efficace de régulation et de coopération économique à la mesure des défis du 21ème siècle seront décisifs. L’instabilité monétaire, les déséquilibres économiques, la volatilité des marchés de matières premières, les écarts de développement en matière d’infrastructures constituent les grands enjeux de la refondation du système économique international. Tel était le sens de la visite de travail –du 4 au 7 décembre 2010- du Président de la République qui a souhaité répondre à l’invitation du Premier ministre indien M. Manmohan Singh et conduire avec lui un certain nombre d’entretiens approfondis sur des questions bilatérales, régionales et internationales d’intérêt commun.

J’insisterai à cet égard sur notre volonté commune d’aboutir à une réforme approfondie des Nations Unies afin de rendre le Conseil de Sécurité plus représentatif de la scène internationale actuelle, la France ayant en outre apporté son soutien à l’Inde en vue de l’obtention d’un statut de membre permanent au sein d’un Conseil de Sécurité élargi.
Ainsi nos deux Etats pourront poursuivre le dialogue et la coopération au sein des organismes multilatéraux qu’il s’agisse des crises régionales, du terrorisme, des changements climatiques, de la prolifération des armes de destruction massive, et du désarmement au niveau mondial.
Cette visite présidentielle a été couronnée par une déclaration conjointe franco-indienne datée du 6 décembre 2010 qui donne au partenariat stratégique entre nos deux Etats une impulsion nouvelle.

Au surplus, cette démarche partenariale recouvre des enjeux aussi essentiels que l’énergie nucléaire civile, la lutte contre le terrorisme la coopération en matière de sécurité et de défense, d’espace. Mais la France et l’Inde ont développé aussi des échanges économiques bilatéraux qu’il s’agisse d’exploitation d’aéronefs en crédit-bail, de lancement de satellites, de biométrie, d’énergie, de transports dans leur ensemble ou d’aménagement urbain.

Notre ambition commune s’est illustrée au plan institutionnel avec la mise en œuvre de groupes de travail chargés d’identifier des bonnes pratiques qui offriront aux coopérations économiques futures un socle solide. Mais nous devons donner toutes ses chances à une coopération authentiquement décentralisée. Il faut se féliciter à cet égard de la tenue des Premières Assises de la Coopération décentralisée franco-indienne qui se sont tenues à New Delhi du 15 au 17 janvier 2010 sous l’impulsion du Ministère des Affaires étrangères et européennes et avec le soutien, d’une part du ministère français de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement et d’autre part du ministère indien du Développement urbain, au travers de leur groupe de travail conjoint sur le développement urbain (créé en 2003). Ces Assises qui ont mobilisé côté français 80 représentants des collectivités territoriales et côté indien 80 hauts fonctionnaires locaux ont remporté un vif succès. Des perspectives nouvelles de collaboration s’offrent à nous notamment autour des thématiques de développement urbain et de transport.

Les prochaines Assises de coopération entre les Etats, les régions et les collectivités locales françaises se tiendront en France en 2012. Quel chemin parcouru si nous pouvions accueillir à cette occasion une importante délégation.

Je veux bien évidemment saluer la vitalité économique de l’Inde qui a connu une forte croissance –en moyenne de 6,5% par an entre les années budgétaires 1991 et 2010. Au 4ème trimestre - en dépit de la crise économique et financière mondiale qui n’a pas épargné l’Inde - ce pays a bien résisté, affichant une croissance de 8,2%.
Ce dynamisme économique incite à une réflexion sur les enjeux cruciaux du développement durable, qu’il s’agisse de la lutte contre la pauvreté, la sécurité alimentaire, l’accès à eau.
La lutte contre le changement climatique est évidemment l’enjeu d’une mobilisation partagée entre nos deux Etats. Il faut se réjouir à cet égard de constater que le concept de mobilité durable auquel l’Inde souscrit permettra de développer des modes de déplacement dans une optique de réduction des émissions de CO2 qu’il s’agisse des transports publics sur rail ou des véhicules doux.

En outre, l’Inde connaît un processus d’urbanisation accéléré un rapport de l’Institut Global Mc Kinsey prévoyant d’ici 2025 un afflux de 215 millions de nouveaux habitants vers les villes indiennes. L’Inde a su répondre à ce défi d’une urbanisation accélérée en se dotant d’un amitieux programme d’infrastructures. J’ai la conviction que l’Agence Française de développement peut être un important levier de financement de ces dépenses d’avenir allié au savoir-faire et à l’excellence des entreprises françaises présentes sur le territoire indien.
La France dispose en outre d’une véritable expertise dans le domaine des solutions de financement novatrices telles que les Partenariats Public Privé qui constitueront l’un des points forts de cette visite de travail – la première depuis la venue du Président de la république française.

Enfin je crois que le partenariat franco-indien s’enrichit du développement des échanges économiques et commerciaux qui doivent encore être intensifiés. A cet égard, je veux me féliciter des investissements conséquents réalisés par les entreprises françaises présentes sur le territoire indien qu’il s’agisse des services publics d’eau, des matériaux de construction ou du transport ferroviaire, de l’aménagement du territoire et du logement.

Il faut donner à ce partenariat stratégique un nouvel élan pour que vive en tous domaines l’amitié franco-indienne !

L’auteur est Secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, chargé des Transports}

Dernière modification le 18/04/2012

haut de la page