Présentation [en]

Dès les années 1980, la France a souhaité donner une nouvelle envergure à nos relations avec l’Inde. Nous avons fait le pari de son émergence stratégique, diplomatique et économique, et nous appuyons avec constance les demandes de New Delhi sur plusieurs dossiers stratégiques : siège permanent au Conseil de Sécurité, meilleure participation aux décisions des institutions internationales (notamment G8 élargi puis G20), accès à la coopération nucléaire civile.

I. Relations politiques

Dès les années 1980, nous avons souhaité donner une nouvelle envergure à nos relations avec l’Inde. Ce rapprochement a été concrétisé par le lancement d’un partenariat stratégique en 1998, ainsi que d’un dialogue stratégique un an plus tard. Ce dialogue repose sur des rencontres annuelles de haut niveau et des consultations menées à un rythme semestriel par le Conseiller diplomatique du Président de la République avec le Conseiller à la Sécurité Nationale indien.

La visite d’Etat du Président Emmanuel Macron en mars 2018, moins de deux ans après celle de François Hollande en janvier 2016, a marqué l’approfondissement exceptionnel du partenariat stratégique franco-indien et de renforcer la dynamique de nos échanges économiques, universitaires, scientifiques et culturels.

Ce partenariat stratégique se déploie selon les axes suivants :

Coopération nucléaire civile

L’accord bilatéral de coopération pour le développement des usages pacifiques de l’énergie nucléaire, entré en vigueur le 14 janvier 2010, a défini le cadre de notre collaboration dans ce domaine. Deux accords signés le 6 décembre 2010 complètent ses aspects juridiques. Plusieurs projets de coopération en matière de recherche et de sûreté nucléaires sont en cours de finalisation. Le projet de construction d’une centrale nucléaire à Jaitapur concerne désormais 6 EPR ( European pressurized reactors ), d’une capacité totale de 9900 MW. La visite d’Etat de mars 2018, avec l’accord industriel signé entre EDF et NPCIL, a constitué un jalon majeur pour faire progresser le projet. La visite du Ministre en Inde, en décembre 2018, a permis d’agréer un plan d’action qui guidera le travail dans les mois à venir de l’ensemble des acteurs concernés. pour en savoir plus...

Coopération de défense

Notre coopération dans ce domaine est ambitieuse et plusieurs projets de collaboration sont actuellement à l’étude. Nos contacts militaires se renforcent grâce à des exercices conjoints.

La France et son industrie de défense contribuent également activement au projet indien « Make in India » dans le domaine de la défense. Un premier exemplaire de sous-marin conventionnel Scorpene, construit en Inde depuis 2008 avec le soutien et le transfert de technologie de DCNS, a été mis à l’eau fin 2015, et un deuxième en janvier 2017. Un accord sur l’acquisition par l’Inde de 36 avions de combat Rafale a été conclu en septembre 2016. Il ouvre la voie à une coopération technologique et industrielle sans précédent pour les 40 ans à venir. pour en savoir plus...

Coopération dans le domaine de la sécurité maritime : nos deux dirigeants ont voulu donner en mars 2018 un nouvel élan à cet axe ancien de notre coopération, qui a débuté avec la mise en place du premier exercice naval bilatéral Varuna dès 1983. Désormais soutenue par une vision stratégique conjointe sur l’Océan indien, la coopération entre nos pays est résolument opérationnelle et ce dans plusieurs domaines :

  • l’échange d’informations dans le domaine de la surveillance maritime : la mise en œuvre depuis 2017 d’un accord dit de « white shipping » et la conclusion en mars 2018 d’un accord général de sécurité fournissent le cadre à un échange quotidien de données sur la zone de l’Océan indien, au profit de la sécurité et de la stabilité de la région ;
  • une coordination renforcée au sein des enceintes multilatérales : la France et l’Inde sont déterminées à approfondir leur coordination au sein des organisations internationales à travers des démarches concrètes : le soutien à la candidature française à l’Association des Etats riverains de l’Océan indien (Indian Ocean Rim Association, IORA), dans laquelle l’Inde occupe un rôle de premier plan ; la présidence par la France du Symposium des marines de l’Océan indien (Indian Ocean Naval Symposium, IONS) en 2020, qui sera l’occasion d’associer étroitement l’Inde autour des priorités françaises.

Coopération en matière de contre-terrorisme

La France et l’Inde ont renforcé leur coopération dans ce domaine depuis les attentats de Bombay en 2008. Les attentats auxquels la France a été confrontée depuis 2015 ont été un nouvel accélérateur. Nos pays ont mis en place un dense réseau d’échanges opérationnels et d’actions conjointes entre leurs forces de renseignement et de sécurité, et notamment une coopération en matière d’enquêtes et entre leurs unités d’intervention respectives GIGN et NSG. Un groupe de travail bilatéral réunit chaque année tous les acteurs concernés par le terrorisme. La visite d’Etat de mars 2018 a permis d’acter deux axes d’approfondissement de notre coopération : la prévention et la lutte contre la radicalisation, y compris sur Internet et les réseaux sociaux, et la lutte contre le financement du terrorisme. L’Inde a ainsi participé à la conférence organisée par la France sur ce sujet en avril 2018 et est membre de la « Coalition de Paris » qui en est issue. pour en savoir plus...

Coopération spatiale

La France et l’Inde ont fêté en 2014 le cinquantième anniversaire de leur coopération exemplaire dans ce domaine.

L’accord sur l’utilisation de l’espace extra-atmosphérique à des fins pacifiques, signé le 30 septembre 2008, a élargi et précisé les domaines de coopération, en mettant notamment l’accent sur l’étude du changement climatique à l’aide de moyens spatiaux d’observation de la Terre, ou le développement de satellites de télécommunications à des fins commerciales. Cet accord a permis la mise au point des satellites Megha-Tropiques, lancé le 12 octobre 2011, et SARAL, mis en orbite le 25 février 2013.

L’accord-cadre signé en avril 2015 entre les agences spatiales française et indienne a encore enrichi les projets de coopération. Il a donné lieu à la mise au point d’une mission commune, à travers le satellite indien Oceansat-3 embarquant l’instrument français Argos de surveillance et localisation, qui devrait être lancé en 2019. Il a également conduit au développement du troisième satellite conjoint, Trishna, d’observation infrarouge thermique. Une contribution française aux prochaines missions interplanétaires de l’agence indienne est par ailleurs à l’étude, notamment vers Mars et Vénus et une nouvelle coopération dans le domaine de la technologie des lanceurs a été lancée en janvier 2017.

La vision commune ambitieuse sur l’espace agréée en mars 2018 ouvre la voie à une articulation de nos coopérations spatiale et maritime et a permis de lancer les travaux en vue d’une constellation conjointe de micro-satellites pour la surveillance maritime.

Enfin, la France soutient l’ambition de l’Inde de lancer d’ici à 2022 une mission spatiale habitée : le CNES a ainsi conclu en septembre 2018 un accord avec l’ISRO pour fournir le soutien technique nécessaire à l’entraînement et au suivi médical des astronautes indiens. pour en savoir plus...

Coopération en matière de cybersécurité/ numérique

Un dialogue bilatéral dédié sur ce sujet a été instauré en 2013. La récente visite de l’ambassadeur pour le Numérique, Henri Verdier, a acté la volonté des deux parties d’approfondir la coopération dans ce domaine ainsi que dans celui des enjeux liés à la gouvernance de l’Internet, la régulation du numérique et des nouvelles technologies.

En matière de politique étrangère

En matière de politique étrangère, la France et l’Inde partagent une même vision des réformes à mener dans les processus de gouvernance mondiale. La France soutient l’Inde dans sa candidature pour un siège de membre permanent au sein du Conseil de sécurité des Nations unies et dans les groupes de contrôles des exportations (accession au MTCR en juin 2016, à l’arrangement de Wassenaar en décembre 2017, au groupe Australie en janvier 2018). La France et l’Inde échangent sur leurs positions dans les enceintes multilatérales, onusiennes mais aussi régionales. Elles tiennent un dialogue stratégique et des consultations annuelles au niveau des secrétaires généraux des ministères Affaires étrangères, ainsi que, depuis la visite d’Etat du Président de la République de mars 2018, des consultations régionales (Asie, Afrique, Afrique du Nord et Moyen-Orient).

Au plan régional

Au plan régional, la France soutient pleinement l’Inde dans ses efforts de lutte contre le terrorisme et appelle tous les pays à lutter effectivement contre le terrorisme émanant de leur territoire ou de territoires placés sous leur contrôle. Nous cherchons à sensibiliser l’Inde à notre position sur les dossiers régionaux sensibles (Iran, Afghanistan, Syrie).

La lutte contre le changement climatique

Concernant la lutte contre le changement climatique, la France et l’Inde ont activement renforcé leur coopération dans le contexte de l’accord de Paris pour le climat de 2015. Elles jouent ensemble un rôle leader dans la mise en œuvre de cet accord. Elles ont conjointement lancé l’Alliance solaire internationale, une nouvelle organisation internationale dont le siège se situe à New Delhi, qui fédère les efforts des pays pour accélérer le déploiement de l’énergie solaire à grande échelle. Le premier sommet de l’Alliance solaire internationale s’est tenu à New Delhi le 11 mars 2018 sous la co-présidence du Président de la République et du Premier ministre indien. Plus de 70 pays ont depuis rejoint cette initiative. La France et l’Inde ont également développé leur coopération bilatérale sur le stockage de l’énergie, la mobilité électrique et le développement urbain durable. L’Agence française de développement, implantée depuis 2008 en Inde où elle dispose d’un mandat centré sur la préservation des biens publics mondiaux, a engagé 1,8 milliard d’euros de prêts sur des projets liés aux villes intelligentes et au développement durable.

II. Relations économiques

Le commerce bilatéral a crû sensiblement depuis une quinzaine d’année. Davantage qu’au volume des échanges bilatéraux, le dynamisme des relations économiques franco-indiennes tient cependant à l’implantation des entreprises françaises en Inde. Aujourd’hui, plus de 550 filiales françaises avec plus de 1000 implantations locales couvrant un large spectre de secteurs sont implantées en Inde et emploient environ 300 000 personnes. Le stock d’IDE français en Inde s’élevait à 5.75 Mds € fin 2016. Ce montant a progressé très rapidement au cours des dernières années, avec un doublement depuis 2013 et un quasi quadruplement depuis la crise financière.

Constamment déficitaire, selon la perspective française, entre 2008 et 2016, les échanges de biens franco-indiens se sont progressivement rééquilibrés au cours des quatre dernières années. Revenu de 2.6 à 2.2 Mds € en 2015, notre déficit bilatéral s’est résorbé à 765 M € en 2016 et à seulement 7 M € en 2017. La France serait même devenue nettement excédentaire vis à vis de l’Inde d’après les chiffres de ce pays (de 1.8 Md $ en 2017).En hausse de 23,1% à un pic historique de 3.91 Mds €, les exportations françaises de biens vers l’Inde ont enregistré en 2017 leur plus forte croissance de ces dix dernières années. A l’inverse, après avoir atteint un niveau historique de 5.4 Mds € en 2015, nos importations depuis l’Inde se sont contractés de 12.9% en 2017. Ce rééquilibrage des échanges franco-indien s’explique principalement par l’évolution du poste aéronautique, premier poste à l’exportation (49% des volumes en 2017).

La France collabore avec l’Inde dans le cadre de son programme « Smart Cities ». Les entreprises françaises du secteur du développement urbain durable sont déjà engagées sur plus d’une vingtaine de villes (métro, eau, etc).

Les entreprises françaises sont présentes sur l’ensemble du territoire indien et principalement actives dans les grandes métropoles du pays (Delhi-NCR, Bombay/Pune, Bangalore, Chennai, Hyderabad, Ahmedabad et Calcutta).

French Companies in India - JPEG

III. Coopération culturelle, scientifique et technique

Le développement de la coopération universitaire, scientifique et technique avec l’Inde constitue une priorité pour la France.

Un festival culturel de grande ampleur, « Bonjour India », lancé avec grand succès en 2009-2010, a présenté une centaine de spectacles lors de sa seconde édition en 2013. Une troisième édition s’est tenue en 2017-2018.

Dans le domaine universitaire, plus de 7 500 étudiants et scientifiques indiens ont choisi la France en 2018. Il est en forte progression et notre objectif est d’atteindre les 10 000 étudiants d’ici 2020.

Outre une politique attractive en matière de visas, l’effort de la France porte sur deux volets : soutien aux programmes de bourses et soutien aux partenariats entre établissements indiens et français pour développer les accords inter-universitaires. Plusieurs accords (mobilité, reconnaissance des diplômes) ont été signés pour favoriser l’arrivée d’étudiants indiens en France.

Les échanges humains entre la France et l’Inde progressent également avec le développement du tourisme. La facilitation des procédures de visa, avec la délivrance du visa en 48h et la mise en œuvre de la biométrie, l’a favorisé. 700 000 touristes indiens visitent chaque année la France, qui souhaite en accueillir encore davantage.

La coopération scientifique et technique est un autre domaine clé de notre partenariat, qui bénéficie aujourd’hui d’un nouvel élan avec la mise en place d’une Commission franco-indienne pour la coopération scientifique et technique. Elle s’appuie en outre sur une structure bilatérale unique réunissant chercheurs et scientifiques français et indiens, le CEFIPRA (Centre Franco-Indien pour la Promotion de la Recherche Avancée), basé à Delhi, qui a fêté ses 30 ans en 2018. Le développement de laboratoires communs de recherche dans des domaines de recherche prometteurs (neurosciences, chimie), les deux Instituts français de Delhi et Pondichéry, les clubs de recherche et surtout une très forte présence de la recherche française dans le secteur privé (10 à 20.000 personnes) complètent notre présence.

Dernière modification le 30/01/2019

haut de la page