Petit historique du consulat Général

En 1956, l’immeuble sis rue de la marine fut attribué à la France pour l’installation du Consulat Général selon les termes de l’article 8 du protocole du traité de cession des Etablissements Français en Inde à l’Union Indienne.

L’occupation de ces lieux est ancienne. La parcelle fut probablement donnée en concession aux particuliers vers 1726. Peut-être fut-elle utilisée un temps comme extension d’un cimetière. Le plan de 1748 signale en effet le vieux cimetière des Français à l’emplacement de l’Institut français (tombes seulement) et du Consulat Général (édifices et tombes). Pourtant avant 1751, elle appartenait à l’un des sous-marchands de la Compagnie : Pierre Adrien Cognet (ou Coquet) et fut rachetée aux enchères publiques sur sa succession par la famille Fulgence de Bury. Jean-Baptiste de Saint Fulgence de Bury, officier d’infanterie, éminent colon et Président de l’Assemblée coloniale sous la Convention, y possédait une maison avec jardin et dépendances, comme le montre le Papier terrier de la ville blanche de Pondichéry de 1777. Il l’occupa au moins jusqu’en 1796. Mais avec la prise de Pondichéry en 1793 et la crise du négoce, Saint Fulgence de Bury avait du hypothéquer sa maison en 1795, pour une créance de 9946 roupies faite sur la Caisse des mineurs de Pondichéry.

En 1817, la créance n’était pas remboursée et la Caisse des mineurs prit possession de la maison Saint Fulgence. Elle la donna en location à l’administration française qui s’en servit pour y loger "divers services publics". On proposa plusieurs fois, durant le XIXème siècle, de faire l’achat de la maison Saint Fulgence, achat facilité par la reprise par le gouvernement de la Caisse des mineurs de Pondichéry, mise en faillite en 1824. L’acquisition fut demandée en 1828, sous Desbassyns de Richemont, afin d’y loger le Contrôleur colonial. L’achat fut approuvé par le ministère en 1829 mais le départ de l’Administrateur avait suspendu tous les projets et c’est en fait l’Ordonnateur, le second fonctionnaire par ordre d’importance présent dans la colonie, qui occupa l’hôtel, toujours en location. En 1840, le projet d’achat par le gouvernement réapparut et fut mené à bien. Ce n’est qu’après que les autorités françaises firent des modifications au bâtiment originel. En 1843, on dépensa ainsi 5000 francs pour construire un nouvel étage, la véranda supérieure donnant sur l’Est et sans doute aussi le grand balcon sud.

La maison Saint Fulgence de Bury fut donc connue le plus longtemps sous le nom d’hôtel de l’Ordonnateur, et selon les modifications administratives, sous celui d’hôtel du Chef de Service Administratif (1840-43), de l’Ordonnateur (milieu du XIXème - 1879), d’hôtel du Directeur de l’Intérieur (1879-1898), puis à la faveur d’une normalisation administrative de "Secrétariats Généraux" (1898-1954). Cette dernière fonction fut la plus durable. D’après le plan administratif de Pondichéry (entre 1945 et 1954) le secrétariat était encore en place à cet endroit peu avant le rattachement, bien que des sources orales fassent aussi mention d’un "hôtel particulier du Procureur général" avant guerre. S’y trouvaient alors réunis les bureaux des Finances et du Secrétariat ainsi que les résidences de leurs directeurs.

Dernière modification le 05/09/2012

haut de la page