Les particuliers étrangers autorisés à acheter des actions


Les particuliers étrangers autorisés à acheter des actions

 
Le Ministère des Finances indien a annoncé dimanche 1er janvier que les investisseurs particuliers étrangers seraient désormais autorisés à acheter directement des actions sur les places boursières indiennes. Cette mesure rentrera en vigueur sous 15 jours. Le gouvernement indien espère endiguer la forte baisse des entrées nettes de capitaux étrangers sur les marchés financiers enregistrée en 2011, alors que depuis l’été la devise indienne a perdu plus de 17 % de sa valeur par rapport au dollar et que les réserves de change sont en baisse.

 

***

 
1. Moins de contraintes pour les investissements de portefeuille pour les étrangers

Les particuliers et les associations étrangers pourront prochainement acheter des actions sur les marchés primaires et secondaires des bourses indiennes. Une circulaire de la banque centrale et de l’autorité de régulation des marchés financiers devrait préciser les modalités de cette décision avant le 15 janvier. Il est toutefois précisé que la part du capital d’une entreprise cotée, détenue par l’ensemble des particuliers étrangers, sera limitée à 10 % (et 5 % maximum pour chacun des particuliers).

 
Jusqu’à présent, seuls les investisseurs étrangers institutionnels (banques, assurances, fonds de pension, hedge funds, OPCVM, etc.) ainsi que les citoyens indiens expatriés pouvaient intervenir directement sur le marché des actions. Depuis août 2011, les particuliers étrangers pouvaient également investir dans les « fonds mutuels » indiens (équivalents à des OPCVM), avec une limite globale de 10 Mds USD.

 

2. Une ouverture qui intervient alors que les entrées nettes de capitaux s’essoufflent et la roupie se déprécie

Le gouvernement indien ouvre ainsi un peu plus son compte de capital alors que l’Inde fait face à un tarissement inquiétant du flux entrant de capitaux étrangers. Au cours des trois premiers trimestres de 2011, les entrées nettes d’investissements étrangers de portefeuille se sont élevées à seulement 1,5 Md USD, contre 32,6 Mds USD au cours de la même période 2010. Les entrées brutes sont passées de 144,2 à 139,8 Mds USD, tandis que les sorties brutes ont augmenté de 111,7 à 138,3 Mds USD.

 
Cette baisse des entrées nettes de capitaux fragilise l’investissement et donc l’activité économique, et fragilise une croissance déjà affectée par le ralentissement du crédit domestique (rythme de croissance de 17 % actuellement contre 23 % il y a un an).

 
La sortie des capitaux étrangers met en outre la roupie sous pression : la devise indienne a perdu plus de 17 % de sa valeur par rapport au dollar depuis fin juillet, renchérissant le coût des importations en valeur (une baisse de 1% de la valeur de la roupie équivaut à une hausse des importations d’environ 4,5 Mds USD).

 
Enfin, l’accès aux financements en dollars est de plus en plus difficile et les réserves de change du pays baissent (-5 % entre juillet et novembre ; les réserves représentent 7,6 mois d’importations contre 9,2 mois un an plus tôt), ce qui ne manque pas d’inquiéter les importateurs. Dans ce contexte, à l’occasion de la visite du Premier Ministre japonais à Delhi le 28 décembre dernier, le gouverneur de la banque centrale indienne a signé avec son homologue japonais un accord prévoyant l’ouverture d’une currency swap line (devise nationale contre dollar US, dans la limite de 15 Mds USD) pour se prémunir contre une crise des réserves de change.

 

***

 
Certains analystes pensent néanmoins que l’effet de cette décision sur le volume d’investissements étrangers devrait rester très limité à court terme. Les particuliers étrangers peuvent en effet déjà investir dans les grandes entreprises indiennes qui sont cotées de facto dans les principales bourses étrangères à travers le système des Global Depositary Receipt. De surcroît, l’attractivité de l’Inde vis-à-vis des investisseurs étrangers est actuellement dégradée (dépréciation continue de la devise et persistance d’une forte inflation) et elle ne devrait pas s’améliorer à court terme.

Dernière modification le 22/03/2012

haut de la page