L’Ambassadeur de France accueille une table ronde sur les élections indiennes [en]

Une table ronde autour de l’ouvrage “Every Vote Counts : the Story of India’s Elections” (Chaque vote compte : L’histoire des élections en Inde), rédigé par M. Navin Chawla, ancien chef de la commission électorale indienne.

New Delhi, le 9 avril 2019

L’Ambassadeur de France en Inde, M. Alexandre Ziegler, a accueilli une table ronde autour de l’ouvrage “Every Vote Counts : the Story of India’s Elections” (Chaque vote compte : L’histoire des élections en Inde), rédigé par M. Navin Chawla, ancien chef de la commission électorale indienne. Le débat a été animé par le Dr Samuel Berthet, professeur agrégé au département de sociologie de l’Université Shiv Nadar.

Discours de S.E. M. Alexandre Ziegler, Ambassadeur de France en Inde

Excellences,

Mesdames et messieurs,

Dans deux jours, et ce durant plus d’un mois, l’Inde se rendra aux urnes. Le pays est la plus grande démocratie au monde, c’est un lieu commun. Reste que le Français que je suis est pris de vertige dès qu’il s’agit des chiffres : 900 millions de votants inscrits, près de 2500 partis enregistrés, plus de 2 millions de machines à voter, une chorégraphie électorale étendue sur plusieurs semaines déplaçant forces de sécurité, fonctionnaires, machines à voter, etc. Je ne m’étends pas, vous connaissez tout cela car, le 10 mars, la Commission électorale vous a tout détaillé. Oui, au cœur de la vie démocratique indienne, il y a cette institution : garante du bon déroulement des scrutins, elle est, avec la Cour suprême dont elle partage certaines compétences, l’institution la plus respectée de la République. Signe de cela, aucun résultat annoncé par ses soins n’a jamais été contesté par une quelconque partie.

Navin Chawla est un témoin de premier ordre de cet exercice fascinant. Chef de la commission électorale durant les élections générales de 2009, ayant supervisé les élections locales dans plusieurs Etats clé, il nous livre, dans cet ouvrage, « Every Vote counts », un témoignage de l’intérieur d’une valeur exceptionnelle : du fonctionnement précis de la commission électorale, mais également de tous les défis qu’elle a à relever : comment assurer le respect des codes de conduite électorale, comment faire en sorte que les scrutins, dans des zones difficiles comme le Jammu-Kashmir ou les Etats du centre de l’Inde, où persiste un guerilla naxalite, se déroulent dans de bonnes conditions ? Je ne m’étendrai pas

Navin est un homme d’engagement, et détaille sa vision de l’exercice démocratique : alors que les Electronic Voting machines étaient, en 2009 encore, un objet controversé, il a été l’un des plus grands défenseurs de leur usage, et rappelle à cet égard avoir dû interrompre un séjour en France pour éteindre la controverse qui les entourait.

Je vois dans « Every Vote counts » un bel hommage à la Commission, à ces milliers de femmes et d’hommes, fonctionnaires, qui prennent de leur temps et se mobilisent au niveau de chaque bureau de vote pour aider à la bonne tenue du scrutin. Mais à travers cela, je lis avant tout un hommage à la démocratie indienne, décrite avec la profonde humanité qui caractérise son auteur. Car si Navin est un grand serviteur de l’Etat, c’est avant tout un grand humaniste, dont j’admire l’engagement sincère : auteur d’une passionnante biographie, traduite en français, de Mère Theresa, qu’il a longtemps côtoyée, il est aujourd’hui à la tête du Lepra India Trust, fondation d’aide aux enfants lépreux qui mène des activités remarquables et que je vous invite tous à visiter.

Si je n’aurai jamais l’arrogance de dire que je comprends la politique indienne, je peux toutefois avancer que grâce à mon ami Navin, j’en saisis un peu de l’esprit profond./.

Dernière modification le 26/04/2019

haut de la page