Déclaration à la presse de M. Jean Yves Le Drian

Nous en sommes convaincus : c’est par la culture, par le tourisme et par les échanges humains que nous tisseront des liens forts entre Français et Indiens.

New Delhi, le 15 décembre 2018

(Seul le prononcé fait foi)

Je suis très heureux d’être aujourd’hui de nouveau en Inde, pour ce qui doit être ma 16ème visite en tant que ministre dans votre beau pays.

Neuf mois après la visite d’Etat effectuée par le Président de la République en Inde et six mois après le passage de mon homologue, Mme la Ministre Swaraj, à Paris, le moment me semblait opportun de faire un point d’étape sur les projets communs lancés lors de la visite présidentielle, et d’échanger sur nos priorités de politique étrangère.

Nos discussions ont été, comme toujours, marquées par une grande convergence de vue et une ambition commune. Ce n’est pas un hasard si la France et l’Inde célèbrent cette année le 20ème anniversaire de leur partenariat stratégique. C’est parce que nous avons en commun un même attachement pour le multilatéralisme, pour le respect du droit, une même ambition de porter un monde juste et durable. C’est aussi parce que l’Inde sait qu’elle a dans la France un partenaire qui ne lui a jamais fait défaut et sur qui elle peut compter pour l’avenir.

C’est le cas sur le plan stratégique, avec notamment le renforcement de nos échanges sur l’Océan indien, qui sont aujourd’hui en plein développement, et notre engagement commun contre le terrorisme, dix ans après les attentats meurtriers de Bombay.

C’est le cas sur le plan économique : nos entreprises investissent, innovent en Inde, dans le cadre du Make in India. Sur le développement urbain, sur le numérique, nos entreprises sont présentes et travaillent à construire l’Inde – et la France- de demain.

C’est le cas enfin pour nos peuples, et j’ai tenu à débuter ce voyage par cet aspect fondamental de notre relation bilatérale, en me rendant à Bombay, où se tenaient les 2ème rencontres professionnelles franco-indiennes des métiers de l’image, après une première édition réussie lors du Festival de Cannes. J’ai eu le plaisir d’annoncer notamment la création d’un Fonds de soutien à l’écriture de co-productions franco-indiennes. L’enjeu n’est pas simplement celui d’un rapprochement entre deux grandes industries de l’image. En effet, si nos pays se comprennent si bien, je dirais presque si intimement, c’est parce que nous partageons un amour de notre culture, une volonté de la défendre et de la promouvoir que peu d’autres pays connaissent. Le cinéma en est l’exemple même, et notre collaboration dans ce domaine ne peut que produire des chefs d’œuvre.

Nous en sommes convaincus : c’est par la culture, par le tourisme et par les échanges humains que nous tisseront des liens forts entre Français et Indiens. C’est pourquoi, lors de sa venue à Delhi, le Président de la République a fixé des objectifs ambitieux dans ces domaines, notamment celui de 10 000 étudiants indiens en France d’ici 2020. Avec près de 7500 étudiants indiens qui sont partis poursuivre leurs études en France en 2018, cet objectif est en bonne voie. Nous attendons beaucoup du développement de notre coopération universitaire, scientifique, éducative et linguistique. Je me réjouis également qu’avec près de 700 000 visiteurs indiens en 2017, la France, première puissance touristique mondiale, soit devenue la première destination européenne pour nos amis indiens.

Vous le savez, la France estime qu’une Inde forte est dans l’intérêt du monde. Au G20 comme dans les négociations climatiques, et demain je l’espère au Conseil de Sécurité de l’ONU, l’Inde est une puissance responsable avec laquelle nous parlons de l’ensemble des sujets clés. C’est ce que reflète l’agenda de nos discussions de ce jour.

La récente première assemblée de l’Alliance solaire il y deux mois à Delhi l’a montré : lorsque la France et l’Inde agissent ensemble, agissent pour la Planète, elles savent mobiliser des coalitions d’Etats du monde entier. Avec Madame Swaraj, dans le même esprit, nous avons décidé de lancer des projets ensemble en Afrique, notamment dans le domaine du développement durable en lien avec l’Alliance Solaire Internationale. Nos directeurs Afrique, qui ont tenu en début de semaine des consultations très opérationnelles, doivent nous rendre compte rapidement de l’avancée de ces projets communs. Comme le Président et le Premier Ministre nous l’avaient demandé au printemps, nous avons fait le point sur le projet d’EPR de Jaitapur, et adopté un plan d’action qui cadre nos travaux pour les mois à venir pour progresser le plus efficacement possible vers la décision définitive de construction de cette centrale. Six EPR, cela représente une capacité totale de près de 10 GW, donc une contribution importante à l’objectif de l’Inde de produire 40 % de son électricité à partir d’énergies non fossiles d’ici 2030, en conformité avec les engagements pris avant la conférence de Paris sur le climat. Jaitapur contribuera aussi au Make in India, parce qu’il implique des transferts de production, de technologies, de la recherche conjointe, de la formation.

Je remercie Mme la Ministre pour son accueil toujours si chaleureux et la richesse de nos échanges.

Dernière modification le 15/12/2018

haut de la page