Commémorations du 8 mai 1945

Le 73ème anniversaire du 8 mai 1945 a été commémoré conjointement à Pondichéry et à Karikal.

La cérémonie de commémoration du 8 mai 1945 a eu lieu à Pondichéry en présence de Catherine Suard, Consule Générale de France à Pondichéry et à Chennai, du Conseiller Consulaire, du Général Jean-Pierre BEAUCHESNE, Président de la Fédération Nationale des Anciens combattants résidant hors de France (FACS), du représentant de Madame la Lieutenant-Gouverneur du Territoire de Pondichéry, des représentants des associations d’anciens combattants, et associations civiles et militaires et d’un public nombreux.

Isabelle de Marguerye, Consule-Adjointe, était présente à la cérémonie de commémoration ayant eu lieu à Karikal.

Discours de Catherine Suard, Consule Générale de France à Pondichéry et à Chennai

DISCOURS DE COMMÉMORATION DU 8 MAI 1945
8 mai 2018

Monsieur le Conseiller consulaire

Général Jean-Pierre BEAUCHESNE, Président de la Fédération Nationale des Anciens combattants résidant hors de France (FACS)

Monsieur le représentant de Madame la Lieutenant-Gouverneur du Territoire de Pondichéry

Messieurs les représentants des Associations d’anciens combattants, et associations civiles et militaires,

Messieurs les porte-drapeaux, présents aujourd’hui,

Mesdames et Messieurs,

En ce 8 mai 2018, nous sommes réunis pour commémorer le 73ème anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945.
Ce jour-là prenait fin en Europe la guerre la plus meurtrière de l’histoire de l’Humanité.

Le général de Lattre de Tassigny signait ce même jour à Berlin, au nom de la France, la capitulation de l’Allemagne nazie.
La France effaçait ainsi la défaite de 1940 et l’esprit collaborationniste du régime de Vichy.
Dès le 18 juin 1940, la République avait dit son refus et sa volonté d’agir pour permettre à la France de retrouver sa place au sein des grandes nations, afin de porter son message universel de Liberté, d’Egalité et de Fraternité.

Trois générations nous séparent désormais de la fin du second conflit mondial. Pourtant la Libération et les valeurs qu’elle a apportées n’ont jamais été aussi actuelles, aussi proches de nous.

Tout d’abord, nous ne devons pas oublier les horreurs de cette guerre. Une guerre totale qui fut mondiale, qui a ravagé l’Europe, humilié de grandes Nations, et pendant laquelle plus de cinquante millions de femmes et d’hommes, dont la moitié de civils, avaient péri.
Voilà le monde du 8 mai 1945, où seul l’espoir permet encore de croire en l’avenir.

Nous dédions cette cérémonie du souvenir à vous tous, victimes innocentes comme combattants, en particulier à la mémoire de ceux qui ont tout sacrifié pour que vivent la liberté et la paix.

Par notre présence aujourd’hui nous voulons également affirmer notre fidélité et notre attachement aux valeurs de la République, valeurs qui sont résumées dans sa devise.

Liberté, égalité et fraternité : trois simples mots dont le sens a permis de lutter contre la barbarie, de garder espoir et de reconstruire une société paisible et prospère.

Mais cette paix, cette prospérité ne sont pas le fruit du hasard et elles ne sont pas acquises définitivement ! Ce sont les fruits des efforts et sacrifices du passé, mais il faut encore les défendre aujourd’hui, sans agressivité mais avec clairvoyance, volonté et ténacité.

Or nous sommes malheureusement aujourd’hui confrontés à d’autres dangers, d’autres violences, d’autres extrémismes, d’autres intégrismes, d’autres atrocités et d’autres conflits.

Le combat pour la Paix et la Liberté est donc loin d’être terminé et il nous appartient de le mener en nous référant au courage des combattants de la liberté qui nous ont précédés. C’est le sens de l’engagement de nos forces partout dans le monde, et y compris sur le territoire national.
C’est pourquoi il était si important pour nous d’accueillir en escale à Chennai le groupe Jeanne d’Arc, et de recevoir ici à Pondichéry les élèves-Officiers de la Marine Nationale. J’étais particulièrement heureuse qu’ils aient tenu à participer à mes côtés à un dépôt de gerbe ici même il y a un mois.

Il nous appartient aussi de veiller à ce que les futures générations aient conscience que la Liberté et la Paix sont des valeurs fragiles toujours susceptibles d’être remises en cause par la folie des hommes.

Plus que jamais, c’est bien dans la mémoire qu’il faut puiser pour préparer l’avenir.

Ce sera également le sens des cérémonies qui marqueront cette année la fin de la première Guerre mondiale le 11 novembre prochain.
A cette occasion ce Consulat général avec l’Institut Français de Pondichéry et le Lycée français de Pondichéry partageront les fruits d’un projet d’étude scientifique « Histoires et Mémoires de la Grande Guerre en Inde française » labélisé et soutenu par la Mission du Centenaire, projet autour duquel je vous invite à vous mobiliser et vous fédérer.

Honneur à nos morts !
Vive la Paix !
Vive la France !

Dernière modification le 30/05/2018

haut de la page